Les 5 erreurs qui sabotent votre perte de poids

Et si “mangez plus et perdez du poids” était le meilleur conseil que vous puissiez lire aujourd’hui ? Et si ce que vous aviez entamé jusqu’ici pour mener à bien votre perte de poids était faux ?

Un cas concret de perte de poids

Thomas, un ami, a eu 28 ans il y a quelques jours. Il y a maintenant 3 ans que sa société est ouverte, et que ses efforts professionnels commencent à payer. Il en est certain. Dans quelques semaines, il mettra dans un cadre sur son bureau, le centième devis qu’il aura signé avec un client.

Voilà un palier de passé !

Près du cadre vide prévu à cet effet, se tient une photo de famille. Le genre de photo que l’on conserve pour les bons souvenirs qu’elle nous rappelle, non pour la qualité du cliché. Thomas y est présent bien-sûr, avec le reste de ses frères et sœurs. Il se souvient de cette photo. Elle a été prise un soir de juin quelques années en arrière, juste avant qu’il ne se décide à quitter son job d’employé dans une grande surface. La plus grande partie de sa journée consistait à rectifier le prix des produits au rayon épicerie.

Depuis cette époque, Thomas a pris une quinzaine de kilos. A travailler toute la journée derrière son pc, il s’est, dirons nous, encroûté. Et ce n’est pas faute de lui avoir fait remarquer ! Toute sa famille lui en a parlé ! Parmi les rituelles “Mais pourquoi te lances-tu dans ce projet ? N’étais tu pas bien au magasin ? Pourquoi décider de mettre ta vie en danger pour travailler sur le net ? Personne n’achète sur le net !” se glissait régulièrement des ” Tu ne trouves pas que tu as grossi ? As-tu pensé à ta santé ? “…

Comme toutes les familles, j’aime à le croire, ces propos étaient tout à fait bienveillants.

photo de famille monsieur nutrition

Le déclic de la perte de poids !

Il fallut peu de temps à Thomas pour se décider à perdre le poids qu’il avait emmagasiné durant ces trois années de labeur. Quand sa copine Lexie et lui se chamaillèrent un soir à propos des heures infernales qu’il passait à travailler et chercher de nouveaux clients, Lexie, lui pinça malencontreusement, le ventre, et étonnamment, il y avait beaucoup plus de matière à, qu’il y a plusieurs années.

Thomas était décidé. Ni une ni deux, il se rua sur le premier blog qu’il trouva et débuta un régime amincissant. Le principe de base consistait à réduire les apports alimentaires dans le but de perdre du poids.

La réduction calorique

Les premiers jours furent fructueux. Son poids diminua. Très vite. Trop vite. Cependant sa corpulence resta inchangée. Ce qui veut dire que si le poids baissait, son taux de graisses lui, demeurait inchangé. Légèrement agacé de se priver de tous ses plaisirs alimentaires, Thomas, irrité, fatigué, arrêta le régime et repris une alimentation qu’il jugeait normale.

Quelques mois plus tard, après s’être confronté à la balance lors d’une visite médicale, il reprit le dit régime. Il opéra une réduction de ses apports alimentaires, avant de l’arrêter encore une fois quand ce dernier devint trop difficile à tenir.

Ce schéma se poursuivi pendant plusieurs mois. Plus Thomas faisait de régimes et moins il perdait de poids. Ses bourrelets avaient élu domicile autour de ce qui semblait être une ceinture en cuir, rongée par l’usure.

perte de poids monsieur nutrition

Quelles ont été les erreurs de Thomas ?

Le premier conseil que l’on donne aux personnes qui souhaitent perdre du poids, est de réduire leurs apports caloriques. C’est à dire, leurs apports alimentaires. C’est une bonne idée mais incomplète. Une idée qui s’ancre dans d’autres nouvelles habitudes à prendre et qui sont essentielles pour perdre du poids.

Plusieurs précautions sont à prendre lorsque vous souhaitez diminuer vos apports alimentaires. Voici les erreurs commises par Thomas.

1ère erreur : Diminuer trop rapidement les apports alimentaires.

Lorsque vous souhaitez perdre du poids, la meilleure chose à faire, est de patienter. Étonnant comme conseil n’est-ce pas ?

Vous devriez aussi aimer :   Faites votre propre programme alimentaire : Partie 3

Je vous conseillerais pendant 3 à 4 jours de faire un état des lieux. C’est à dire, de compter ce que vous manger actuellement, sur une journée complète, sans modifier vos habitudes alimentaires. Cela vous permettra, après avoir rentré le tout dans une table de calcul quelconque, de savoir quels sont vos apports énergétiques.

De là, il sera plus simple pour vous d’exercer un déficit calorique raisonnable. Cela veut dire que la diminution de vos apports alimentaires doit rester légère. Vraiment très légère. “Subtil” est même un mot qui me parait approprié à la situation. Plus vous diminuerez drastiquement vos apports alimentaires, moins il sera facile de maintenir cette alimentation sur le long terme et moins les résultats seront éloquents. Voyez plus loin.

Votre cerveau et le reste de votre organisme se défendront et vous feront rapidement tourner en bourrique. C’est à ce moment que manger deviendra une obsession.

Vous voyez de quel passage je parle ?

fast food monsieur nutrition

2e erreur : Ne pas se réalimenter suffisamment à l’arrêt d’une diète drastique

Stopper son alimentation car trop difficile, n’est pas catastrophique en soit. Et c’est d’ailleurs un moyen de défense de votre organisme que de dire que cela ne lui convient plus. Cela n’est donc pas à considérer comme un échec de votre part !

Je conseille d’ailleurs régulièrement aux personnes que j’accompagne, et c’est la stratégie que j’entreprends avec eux, de stopper tous les régimes entrepris. Petit à petit.

L’erreur ici, est de réaugmenter, insuffisamment, vos apports alimentaires en pensant retrouver votre ancienne alimentation. D’une manière générale, cela n’est même pas prémédité de votre part. Vous reprenez ce que vous pensez être votre ancienne alimentation, du jour au lendemain, agacé de ne plus manger ce que vous aimez.

Finalement vous augmentez vos apports alimentaires, mais insuffisamment par rapport à ce que vous pouviez avoir l’habitude de faire auparavant, lorsque vous avez déterminé ces derniers.

En admettant que vous consommiez 3500 à 4000 calories auparavant, et que vous en consommiez 1500 aujourd’hui en phase d’amincissement abusif (car cette diminution est beaucoup, beaucoup trop importante), vous réaugmenteriez certainement intuitivement à 1900 ou 2200 calories sans le savoir (donc toujours bien en dessous de vos besoins physiologiques), car l’idée de consommer de nouveau 3500 à 4000 calories, après cette période de restriction, vous paraîtrait abusé en terme de quantité ! Alors que vous aviez l’habitude de le faire auparavant.

Et à chaque fois que vous entamerez une nouvelle période de restriction, comme Thomas, vous partirez de toujours plus bas. Autrement dit, vos apports alimentaires seront de plus en plus bas et vous penserez à les diminuer toujours de plus en plus. Jusqu’au point de non retour. Le point ou moins manger consistera à ne plus manger du tout.

Une étape capitale lorsque vous souhaitez entamer une perte de poids, est de concilier physiologie (à savoir déterminer vos besoins alimentaires pour assumer les actions de votre quotidien) et psychologie (à savoir ce que vous pourriez supporter et combien de temps).

3e erreur : Ne pas faire d’état des lieux

En fait, lorsque vous souhaitez entamer un ajustement de vos apports alimentaires, un état des lieux s’avère nécessaire à chaque étape du processus.

Si Thomas avait fait l’état des lieux, il se serait aperçu que ses apports alimentaires ne cessaient de diminuer depuis qu’il s’était mis en tête de perdre du poids. Restriction calorique après restriction calorique, il fut conduit plus tard à ne plus beaucoup manger en terme de quantité, et à ne pas perdre de poids, voire même à être de plus en plus gras !

Comment expliquer le fait qu’en mangeant moins, Thomas, n’optimise pas sa perte de poids ?

Diminuer vos apports alimentaires conduit inévitablement à une diminution de vos dépenses. Notre corps réagit de la sorte. Il s’adapte en diminuant bon nombre de nos fonctions vitales (rythme cardiaque…). Cette adaptation prend du temps, ce qui explique que les premiers jours, voire les premières semaines, vous perdiez du poids. Ensuite votre corps s’adapte. Il diminue ses dépenses. Fait avec moins ce qu’il faisait avant avec plus. Et vous ne perdez plus de poids.

Vous devriez aussi aimer :   Sucre complexe, simple, lent, rapide...

C’est à ce moment là que vous pensez stagner et que, bien souvent, vous abandonnez. La réponse logique consisterait à dire qu’il faille réduire les apports alimentaires, encore une fois pour relancer la perte de poids, encore et toujours. Et en vérité, plus vous descendrez, plus votre corps s’adaptera et en conséquence, diminuer les apports alimentaires n’est pas la solution idéale pour perdre du poids puisqu’elle conduit inévitablement à une adaptation de votre organisme.

Alors comment faire ?

interrogation monsieur nutrition

4e erreur : Diaboliser la stagnation lors de la perte de poids

Dans un monde où l’on cherche à ce que tout soit rapide, la stagnation a une connotation péjorative. Mais est-ce réellement une stagnation que de perdre 300 à 500g par semaine ?

Je sais, on est loin des promesses de l’industrie, avec leur scandaleuses perte de poids de plusieurs kilos par semaine.

La stagnation, c’est quand on n’ aperçoit plus d’évolution. Or une perte lente et mesurée, est une évolution, et non une stagnation ! Et c’est le meilleur moyen pour que votre organisme le tolère bien sur le long terme ! Au final, votre idée de la stagnation est ce qui serait en fait la meilleure des solutions !

5e erreur : Ne pas apprendre

Diminuez vos apports alimentaires dans le but de perdre du poids est la solution que vous entreprendrez la première. Car la plus prometteuse en terme de résultat et la plus médiatisée. La plus commune. Cependant, c’est mettre de côté la complexité de la nutrition et l’importance des choix alimentaires.

En effet, si vous deviez commencez à perdre du poids, la première chose que je vous conseillerais serait d’apprendre à vous alimenter. Car vous observerez qu’en terme d’énergie, vos apports seraient déjà plus faibles avec une alimentation équilibrée, variée et constituée d’aliments jugés comme “sains”.

Le choix des aliments a une influence essentielle sur votre perte de poids. Thomas, n’a pas modifié ses choix alimentaires et ses résultats n’ont pas été concluants. La recomposition corporelle, à savoir perdre de la graisse pour conserver sa masse musculaire, voire la développer, n’a pas eu lieu. Il a perdu du poids, au début, en conservant sa masse grasse et au fur et à mesure, il est devenu de plus en plus gras.

Ceci démontre bien que réduire l’apport alimentaire de manière drastique n’est pas une solution adéquate. Et de fait, encore moins lorsqu’on ne modifie pas nos habitudes alimentaires.

Ce n’est donc pas une perte de poids que vous devez viser, mais une perte de graisse. Et pour se faire, il est essentiel de conduire à un déficit calorique minime s’inscrivant dans de bons choix alimentaires.

Ne sous estimez pas l’importance de vos choix alimentaires. Apprenez à faire les bons !

Pour se faire, vous pouvez rejoindre plus de 6800 personnes sur Instagram. J’y publie régulièrement des comparatifs de produits pour faire les bons choix au supermarché quand on manque de temps.

Un mémo pour vous

En première lecture, je conçois que ces conseils peuvent être un peu fouillis. Pour vous aider à mieux comprendre quelles sont les étapes à implémenter à chaque période de votre perte de poids ; comment diminuer vos apports alimentaires ; dans quelle mesure ; ; comment éviter de stagner ; comment éviter de vous sous alimenter ; je vous ai concocté une fiche mémo.

Pour la télécharger et avoir une visions globale des clés importantes à maîtriser et des erreurs à ne pas faire pour perdre du poids, cliquez ci-dessous :

Quentin Mayet

Quentin Mayet

Leave a Replay