10h30. Recueil d’informations au cabinet.

« Je passe énormément de temps à tout organiser dans la maison, à trier les affaires des petites, à les accompagner au sport, préparer les réunions de parents d’élèves, répondre aux appels de mes clients, envoyer des mails à mon équipe, jongler entre les tâches ménagères, boucler quelques rapports pour mon patron, lire, aller à la salle de sport pour mon cours de danse, récupérer les filles, aller faire quelques courses… »

Voilà maintenant une bonne demi-heure qu’Emilie me parle de ses journées de journaliste pour une chaîne locale.

Elle a commencé le télétravail il y quelques semaines et ne s’en sort plus.

Elle est assise en face de moi, un long manteau Camel toujours sur les épaules, une splendide montre au poignet qu’elle ne cesse de regarder. Elle semble pressée, vraiment très pressée. Elle est le genre de femme que l’on voit à la télé, celles qui habitent dans de très grandes maisons, qui n’ont le temps de rien, mais qui malgré tout, ont le temps de tout faire.

Je suis impressionné par son vocabulaire non verbal, certains diront sûrement qu’elle est italienne. Je n’ai jamais vu une femme autant bouger les mains et les bras lorsqu’elle s’exprime. Voilà une demi-heure que notre consultation a commencée et je suis prêt à parier que son téléphone a vibré une bonne dizaine de fois depuis qu’elle a commencé à m’expliquer à quoi ressemble une journée normale dans sa vie.

Je l’écoute attentivement :

« – Et puis il faut en plus que je m’occupe des repas. Le plus souvent nous faisons appel à un traiteur avec mon mari car je manque cruellement de temps et que lui bosse très souvent, trop, à l’étranger et que comme moi, il n’a le temps de rien organiser. Je suis une grande amatrice des produits tous préparés. Ils me sauvent la vie. Voilà, je crois que j’ai fait le tour d’une journée normale.

– Emilie, je comprends que ce mode de vie ne doit pas être simple et que quelques techniques d’organisation devraient bien vous être utiles afin d’arranger au mieux votre activité. Après tout, être entrepreneuse, cela demande beaucoup de temps, que visiblement, vous n’avez pas avec toutes les tâches que vous devez gérer en même temps.

– Entrepreneuse, moi ? Je n’ai pas l’impression que l’on se soit bien compris Quentin. Je ne suis pas entrepreneuse, je suis salariée et maman. »

Quelle bourde venais-je de dire…

N’est entrepreneur que celui qui est qualifié de la sorte par son entourage dirait-on !

Vous devriez aussi aimer :   Manger sainement grâce à ces 3 méthodes efficaces

Le mot « entrepreneur » est devenu de plus en plus à la mode ces dernières années mais il reste tout de même très sectaire.

Référons-nous à la définition la plus courante : « C’est une personne à l’origine de la création d’une activité économique, qui possède les compétences et la motivation suffisante pour créer une activité économique, se lancer sur un secteur d’activité ou créer des emplois. »

Je l’admets, de toute évidence, cette définition nous montre bien qu’être entrepreneur relate tout de suite du monde professionnel. Et pourtant, je suis prêt à parier que vous l’êtes aussi, alors même que vous n’êtes pas « à votre compte » ou à la tête d’une startup.

Si Emilie s’était sentie davantage l’âme d’une entrepreneuse, je suis persuadé, qu’après quelques recherches d’informations, elle aurait trouvé de bonnes techniques pour atteindre ses objectifs, quel qu’ils soient. Car après tout, quelle différence y a-t il entre manager une équipe et éduquer un enfant ?

Dans la recherche d’informations, nous avons tendance à aller chercher là où nous nous sentons compris, là où nous sommes les mieux définis, catégorisés. Que ce soit par nos amis, par la société, ou bien par le contexte. Et dès lors, nous passons à côté de nombreuses informations, qui ne nous sont pas directement destinées et que pourtant nous pourrions implémenter dans notre vie quotidienne dans le but de solver un problème.

Bien entendu, ces propos ont leur limite. Il ne me viendrait pas à l’esprit de vous conseiller la lecture d’un guide sur la couture pour y trouver des informations sur le marketing. En revanche, il serait peut-être intéressant de faire un tour dans les livres d’art, ceux qui vous expliqueront le rapport entre les couleurs et la psychologie humaine. Que chacune joue un rôle, et renforce la perception particulière que peut avoir votre prospect face à votre image, votre site internet ou votre produit.

Lire ce type de ressources ne fait pas de vous un artiste peintre pour autant. Cela fait de vous quelqu’un d’averti, qui sait où chercher des informations sans se restreindre à rentrer dans une case bien précise établie par d’autres personnes que vous-même. Et bien sûr, in fine, cela vous permet de palier à vos difficultés beaucoup plus rapidement.

Car le risque est alors de toujours trouver les mêmes solutions que chacun, et par conséquent, de ne jamais vous différencier. Mais pire encore, vous pourriez être tenté de résoudre un problème qui finalement n’est que l’expression d’un autre, plus simple à régler, mais auquel vous ne pensez pas.

Vous devriez aussi aimer :   11 conseils pour faire des économies et protéger la planète en organisant son frigo

Et c’est pour cette raison que je conseille sans cesse de ne pas chercher au même endroit que les autres. Chercher au même endroit que tout le monde, vous catégorise, vous mène à croire que vous avez telle ou telle difficulté et que la solution ne peut être que commune à toutes les autres personnes souffrant, au premier plan, des mêmes “symptômes” que vous.

Emilie, avec ce rythme de vie infernal et des choix alimentaires douteux, a évidemment pris du poids. Et prenant du poids, il n’a fallu que peu de temps pour qu’elle entame un régime alimentaire. Et oui, la société la catégorisée comme personne en surpoids et naturellement, elle est vite rentrée dans cette case sans se poser de questions et a appliqué les mêmes conseils que tout le monde dans sa situation. Ou, en tout cas, la situation qu’elle percevait juste.

En quelques semaines, Emilie a perdu le poids qu’elle avait pris. Nous n’avons pas travaillé sur l’alimentation. Nous avons uniquement mis en place plusieurs techniques d’organisation, celles que nombreuses entrepreneures comme Emilie devraient appliquer afin de se dégager du temps et in fine, permettre de faire de meilleurs choix alimentaires et ainsi retrouver une santé optimale.

Moralité de cette histoire : Vous n’êtes pas ce que la société veut qu’on pense de vous. Vous êtes beaucoup trop complexes pour rentrer dans une case et par conséquent, vos recherches afin d’améliorer vos performances et vos objectifs, ne doivent pas se limiter à la surface, à l’apparence même de votre prétendu problème.

Revoyez vos problèmes, ils ne sont peut-être pas ce que vous croyez.

Quentin Mayet

Quentin Mayet

Leave a Replay