Divers

Un livre qui fait froid dans le dos !

Bien le bonjour ! Aujourd’hui je vais vous parler d’une lecture qui m’a particulièrement marqué et qui m’a particulièrement motivé à être plus vigilant lorsque je fais mes courses.

Pour les lecteurs qui ont l’habitude de me lire, vous avez sans doute observé que je vous vouvoie, alors que depuis le début de ce blog j’ai pour habitude d’employer le tutoiement. Suites à plusieurs réflexions à ce sujet et après avoir déterminé qui étaient les lecteurs de ce blog et ceux que je souhaitais viser dans le futur, je me suis dit que le vouvoiement n’était pas une mauvaise chose en soit.

Alors pour ceux qui me connaissent déjà, sachez que ce nouveau mode de conversation n’enlève rien à la sympathie que je vous porte et ne place en aucun cas mon discours sur un piédestal. Il s’agit d’une manière de converser qui permet de satisfaire la majorité et qui ne vexera personne.


Sur ces beaux propos, laissez moi vous parler de ce fameux livre qui a changé bien des habitudes dans la vie des gens qui l’ont lu !

Une confiture de fraises sans fraises

Oui ! Bien sûr que c’est possible et vous voulez que je vous dise comment ? Il suffit pour un industriel d’acheter ce qu’on appelle des akènes, ce sont les petits grains noirs que l’on trouve dans les fraises. Pour ça, rien de compliqué. Il suffit de s’adresser à un autre industriel, celui qui fait du jus… de fraises. En général, cet industriel se débarrasse de ces petits grains noirs pour ensuite les revendre ! Là, tout parait presque normal, jusqu’à ce qu’un industriel les achète pour en faire de la confiture !

La recette est très simple mais nous sommes loin de celle de votre grand mère:

  • quelques tonnes d’akènes (les grains noirs de la fraise)
  • quelques tonnes de colorants ou de jus à base de concentré
  • quelques tonnes de sirop de glucose-fructose
  • quelques tonnes d’arôme de fraise
  • quelques litres d’eau et de la pectine pour que le tout puisse prendre la consistance recherchée
  • 0 goutte de scrupule

monsieurnutrition.com

Le plus fou dans tout ça ? C’est que les analyses sur ce type de produit concluent qu’il s’agit bien de fraise car on y retrouve bien le fructose censé s’y trouver ! Et bien entendu, l’industriel vous vend ce produit en prétextant une qualité artisanale dans un petit pot sympathique signé par grand-mère avec une belle photo de chaudron. Si ça c’est pas se foutre de la g***** du monde !

Des amandes… sans amandes

Une autre technique visant à berner le consommateur mais pas que, est de faire passer un produit pour un autre !

Pourquoi le consommateur n’est-il pas le premier touché ?

Quand un industriel cherche un ingrédient pour réaliser un produit (dans notre cas l’industriel cherche des amandes pour réaliser de la pâte d’amande), il fait appel à des sociétés qui vendent en très grandes quantités. Ces dernières gagnent de l’argent en fonction de la marge qu’elles dégagent par rapport au prix du marché. De ce fait si elles arrivent à ventre un produit pas cher en le faisant passer pour un produit cher, comme les amandes, c’est tout gagné !

Mais alors quel produit ressemble autant aux amandes sans pour autant en être ? C’est l’amandon ! Qu’est-ce que c’est ? Le noyau de l’abricot, enfin ce qu’il y a dedans !

Si si je vous assure, vous avez bien lu. De ce fait, il faut toujours se méfier lorsqu’on achète de la pâte d’amande ou encore des amandes au kilo dont le prix est très bas. Les amandons se reconnaissent par leur taille plus petite et légèrement plus bombées que les amandes. Alors oui je vous l’accorde, quand on a affaire à de la pâte d’amande, c’est plus compliqué. Le seul moyen c’est de bien lire les étiquettes, et encore, les industriels peuvent noter “amandes” s’ils ne savent pas qu’ils ont été bernés !

Après, ne soyons pas crédules, les industriels savent la majorité du temps ce qu’ils achètent. S’ils paient une tonne d’amandes 2 fois moins chère que les prix du marché, il y a anguille sous roche.

Qui est Christophe Brusset, l’auteur de ce livre ?

Ancien employé de l’agroalimentaire, Christophe Brusset nous dévoile dans ce livre une trentaine de magouilles dont il a été témoin durant sa carrière.

Piment rempli de crottes de souris, thé vert bourré de pesticides, faux safran, viande de cheval transformée en viande de bœuf, origan coupé aux feuilles d’olivier… En plus de toutes ces anecdotes, Christophe nous donne aussi quelques conseils pour faire ses courses en grandes surfaces ! Ca vaut le coup !

Points forts:
  • Rapide à lire
  • chaque partie est indépendante, ce qui permet de le lire quand on le souhaite, sans perdre le fil
  • Un prix dérisoire pour tant de conseils
Points faibles :
  • Il faut savoir lire
  • Ne pas être allergique au papier (le format numérique existe)

Je glisse ici un lien affilié, ce qui veut dire que si vous achetez ce bouquin en passant par ce lien, je touche une petite commission qui me permet de garder ce site aussi beau que vous le voyez ou encore de tester d’autres bouquins intéressants pour vous ! Vous ne souhaitez pas celui-ci mais un autre ? A que scela ne tienne ! Passez par ce lien ! Winking smile Je ne propose que des lectures qui me paraissent importantes. Si je n’aime pas un bouquin et que j’en parle, je ne mets pas de lien affilié, promis. Je vous laisse regarder les commentaires du livre si vous n’êtes pas conquis ! 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 4
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *